Accueil >  > Interdisciplinarité dans les métiers des ingénieur-e-s et technicien-ne-s au CNRS

Interdisciplinarité dans les métiers des ingénieur-e-s et technicien-ne-s au CNRS

Le 18 mars 2017, dans Métiers

Observatoire des métiers et de l’emploi scientifique du CNRS – mars 2017

Télécharger l’étude

Cette étude, menée par l’Observatoire des métiers et de l’emploi scientifique, a pour but d’identifier avec précision la notion d’interdisciplinarité dans les métiers des Ingénieurs et techniciens au CNRS, ainsi que les différentes interfaces concernées afin de mieux caractériser les situations d’emploi et les déroulements de carrière afférents, et – in fine – de formuler des recommandations à l’échelle du CNRS.

Le premier volet de l’étude, axé sur l’analyse de nombreuses sources documentaires, a permis – sans prétendre à l’exhaustivité – :

  • de définir la notion d’interdisciplinarité concernant les métiers des ingénieurs et techniciens, de la distinguer de la notion de polyvalence,
  • de cartographier les différentes interfaces où l’interdisciplinarité était avérée, et d’identifier celles où elle était la plus prégnante.
  • de démontrer que l’interdisciplinarité des ingénieurs et techniciens existe et répond à une réalité concrète au CNRS.

Le deuxième volet a consisté en la réalisation d’une enquête terrain au plus près de la réalité et des pratiques de l’organisme qui a permis de confirmer la faculté du CNRS à recruter des profils interdisciplinaires. En revanche, bien qu’étant un élément indéniablement constitutif des métiers de nombreux agents, peu de dispositions permettent aujourd’hui de prendre en compte la dimension interdisciplinaire de leur activité dans leur progression de carrière.

Définition de l’interdisciplinarité des ingénieurs et techniciens

L’interdisciplinarité des ingénieurs et techniciens (IT) est entendue dans cette étude comme faisant référence à l’ensemble des situations où les IT exercent des activités d’un fort niveau de technicité relevant de plusieurs Branches d’Activités Professionnelles (BAP), voire de plusieurs familles professionnelles.

Ainsi, selon cette définition, peuvent être considérés comme interdisciplinaires, les IT dont les activités les amènent à monter en compétences dans des BAP distinctes, à un niveau comparable de maîtrise voire d’expertise.

Pour ce faire, les agents acquièrent une double voire une poly-compétence – via la formation ou de façon professionnalisante – et sont le plus souvent acteurs de ce parcours.

Néanmoins, cette définition appelle une vigilance toute particulière car des IT peuvent de facto exercer des activités relevant de plusieurs BAP mais ne pas se trouver pour autant en situation d’interdisciplinarité mais en situation de polyvalence.

Les situations de polyvalence – souvent subies – correspondent aux cas de figure où les agents se voient confier un nombre élevé de tâches d’un faible niveau de technicité, en dehors de leur cœur de métier, les amenant à une dilution de leurs compétences, une perte d’expertise et in fineà une déqualification avec tous les risques susceptibles d’être engendrés (en termes de démotivation, perte de compétences, freins à la progression de carrière, etc.).

Il est donc nécessaire de préciser qu’exercer des métiers relevant de plusieurs BAP peut correspondre à l’une ou l’autre de ces situations, interdisciplinarité / polyvalence, mais que celles-ci ne répondent en aucun cas à la même réalité et n’entraînent pas non plus les mêmes conséquences, notamment en termes de progression de carrière.

Cette étude s’attachera donc à illustrer et caractériser les différents cas d’interdisciplinarité; identifier les BAP, les métiers, voire les corps pour lesquels celle-ci est la plus notable ; cerner sa prise en compte dans les recrutements et son impact en termes de progression de carrière, tout en consacrant un chapitre aux situations de polyvalence analysées sous ces différents angles.