Accueil >  > Accès des jeunes femmes et des jeunes hommes aux emplois cadres : une égalité trompeuse

Accès des jeunes femmes et des jeunes hommes aux emplois cadres : une égalité trompeuse

Le 11 octobre 2017, dans Egalité homme/femme

Céreq Bref n°359

/Source : enquêtes Génération du Céreq portant sur deux cohortes de sortants du système éducatif à douze ans d’intervalle (en 1998 et en 2010)

/Pour la première fois, en 2013 (génération 2010), la part de jeunes femmes qui occupaient, trois ans après leur entrée sur le marché du travail, un emploi de cadre, est devenue équivalente à celle des jeunes hommes : 20 %, contre 13 % des femmes et 17 % des hommes douze ans plus tôt (2001 – génération 1998).

La progression des jeunes femmes dans l’accès à la catégorie cadre s’observe pour la majorité des professions la composant. Parmi la catégorie « Ingénieurs et cadres techniques » la part des femmes a progressé de 7 points.

Un des éléments centraux à l’origine de la réduction des écarts d’accès à la catégorie cadre est l’augmentation de la part des femmes aux niveaux d’études les plus élevés. La part des jeunes femmes aux plus hauts niveaux de formation s’est donc particulièrement accrue pour représenter, en 2010, 37 % des diplômé.e.s des grandes écoles (contre 33 % pour la cohorte précédente), 61 % des diplômé.e.s de master (contre 53 %) et 62 % des jeunes docteur.e.s (contre 52 %) – une féminisation surtout sensible pour les docteurs en santé.

Les salaires féminins tendent également à se rap­procher des salaires masculins, aussi bien pour les jeunes cadres que pour l’ensemble des diplômé·e·s du supérieur. Le salaire médian des femmes équivalait à 93 % du salaire médian masculin en 2013, contre 87 % en 2001, emplois à temps com­plet et à temps partiel confondus

Pour autant, selon les auteurs, même si du point de vue salarial, les situations se sont rapprochées, l’accès des jeunes femmes aux postes de cadres en début de vie professionnelle n’est toujours pas à la mesure de l’importance de leur investissement éducatif. Entre rappro­chement et égalité, il reste encore quelques pas à franchir, en matière …

  • de contrats de travail : 24 % des jeunes femmes cadres étaient en CDD en 2001 et 32 % en 2013 (contre respectivement 15 % et 20 % des hommes).
  • de temps de travail : en 2013, envi­ron 9 % des femmes cadres ou cadres encadrantes sont concernées par le temps partiel, contre respectivement 3 % et 1 % de leurs homologues masculins.

Télécharger la note